Administration publique tunisienne : le désamour



Kamel Morjane, ministre chargé de la Fonction publique, de la Modernisation de l’administration et des Politiques publiques et le ministre du Développement, de l’Investissement et de la Coopération internationale, Zied Ladhari, ont exposé leur position concernant la réforme de l’administration. Et ce, lors d’une rencontre-débat organisée par le Centre des Jeunes Dirigeants (CJD), hier, 5 décembre, à Tunis. La relation entre les PME et l’administration tunisienne n’est pas parfaite. 

En effet, le CJD a rendu public hier, les résultats d’un sondage réalisé en partenariat avec le bureau d’étude One to One. Ce sondage porte sur la perception qu’ont les entreprises de l’administration. Il s’intitule: « Réforme de l’administration, enquête auprès des PME Tunisiennes – 3ème édition ». Les chiffres sont bel et bien alarmants. Les deux ministres ne manquent pas de les commenter.

Kamel Morjane a indiqué que l’enjeu principal pour la réforme de l’administration n’est autre que la confiance entre le citoyen et l’administration d’une part. Et les PME et l’administration d’autre part. Par ailleurs, il faut renouveler la confiance afin de résoudre tout problème. Il a indiqué qu’il ne dispose pas de chiffres exacts pour le moment, étant donné qu’il vient d’arriver au ministère. Par ailleurs, il a fait savoir que la modération des services de l’administration est un impératif à mettre en place en urgence.

Pour une rationalisation des recrutements dans l’administration tunisienne

Revenant sur la politique de recrutement dans la fonction publique, le ministre ne mâche pas ses mots et affirme qu’il est défavorable au recrutement abusif. Pour lui, le recrutement doit répondre au besoin de l’administration en capital humain. Tout en affirmant sa compréhension de la situation sociale des chômeurs, il a considéré qu’elle ne peut pas perdurer, notamment en ce qui concerne les recrutements à vie. Par ailleurs, le ministre plaide pour le dialogue entre les syndicats, associations et société civile, afin d’aboutir à une solution.

De son coté, Zied Ladhari est revenu sur la simplification des procédures administratives pour les PME. Il a affirmé qu’elle est un gain de temps et d’argent pour les entreprises. Sur un autre volet, il a relevé  l’importance de la coordination du travail entre les différentes administrations. Le ministre a indiqué qu’il existe un projet dont la finalité est d’améliorer la communication entre les administrations. Autrement dit, chaque administration pourrait demander des documents à d’autres administrations. Le ministre a déclaré que les entreprises perdent beaucoup de temps avec les administrations, en raison des  lenteurs de procédures.

Enfin, Khalil Laabidi, président de l’Instance tunisienne de l’investissement a annoncé pour  l’occasion que l’instance bénéficie d’un bon système d’information. Ce système sera déployé sur l’APII et l’APIA. L’objectif de ce travail est de simplifier les procédures pour les investisseurs.

 

Source: L’Economiste Maghrébin (www.leconomistemaghrebin.com)

Vos commentaires sur Facebook