Pour 80% des PME, l’administration représente un obstacle au développement des entreprises



Les résultats d’une enquête auprès des PME sur l’évaluation et les attentes des administrations publiques, montrent que près de 8 PME sur 10 (77,2%) considèrent que l’administration publique représente un obstacle sévère, majeur ou modéré au développement de leurs entreprises.

A travers cette enquête les dirigeants de PME évaluent les administrations publiques en termes d’efficacité, de qualité d’accueil, de rapidité du service, de clarté des procédures et de digitalisation.

S’agissant priorités, les PME considèrent que les actions à entreprendre par les administrations publiques pour améliorer leur relation avec la PME sont en premier lieu la digitalisation, puis la qualité de la prise en charge et la transparence des procédures.

Concernant les pots de vin au niveau des administrations publiquesprès de 2 PME sur 10 (20.9%) ont déclaré qu’il leur a été demandé de faire des versements non officiels lors d’une opération avec l’administration publique (accès à des prestations, import/export, opérations de contrôle, marchés publics).

Aucune administration publique n’a atteint un score minimal de bonne performance (80 points/100). La moyenne globale obtenue est 59.90/100.

Le top 3 des administrations publiques sont les recettes des finances (63,85/100), le Bureau d’emploi (BNEC) (63,81/100) et la Banque Centrale (63,79/100) ;

Les Recettes des finances se distinguent légèrement par rapport aux autres administrations en termes de digitalisation

Les 3 administrations publiques classées en dernier sont Le Tribunal de Première Instance (RC), Les bureaux des Douanes et Les municipalités.

Menée par l’institut One to One for Research and Polling, l’enquête a été réalisée du 22 octobre au 16 novembre 2018 dans les 24 gouvernorats en se basant sur les données les plus récentes du Répertoire National des Entreprises (RNE).

Il s’agit d’une enquête quantitative basée sur l’administration d’un questionnaire structuré par téléphone auprès d’un échantillon représentatif de 501 PME en Tunisie. Les questions qui ont été posées s’attachent à connaître leur opinion concernant l’administration publique compte tenu des expériences vécues par leurs entreprises.

Le CJD et la KAS ont lancé, en collaboration avec l’institut One to One for Research and Polling, une enquête annuelle pour mesurer la perception et la satisfaction des PME tunisiennes par rapport aux administrations publiques.

Source: L’Economiste Maghrébin (www.leconomistemaghrebin.com)

Vos commentaires sur Facebook